fbpx

L’Agence suédoise de la santé retire un rapport controversé sur les coronavirus

L’agence suédoise de santé publique a fait la une des journaux internationaux hier en estimant qu’un tiers des résidents de Stockholm seraient infectés par le coronavirus d’ici le 1er mai. Moins de 24 heures plus tard, l’agence a fait volte-face et a retiré le rapport.

La décision a été annoncée via Twitter : “Nous avons découvert une erreur dans le rapport et les auteurs revoient actuellement le matériel. Nous communiquerons à nouveau le rapport dès qu’il sera prêt.”

Erreur pas encore expliquée

Bien que la nature de l’erreur n’ait pas été révélée, l’Agence a également déclaré qu’elle partagerait plus d’informations à ce sujet une fois le rapport révisé terminé.

Lors de la conférence de presse d’hier, l’épidémiologiste d’État adjoint Anders Wallenstein a annoncé le rapport basé sur des modèles de données qui indiquaient que la propagation du coronavirus était beaucoup plus élevée qu’on ne le pensait. Parmi les affirmations, il y avait que pour chaque personne testée positive pour COVID-19, jusqu’à 999 autres pouvaient également avoir l’infection sans le savoir.

Le journaliste suédois Emanuel Karlsten l’a interrogé lors d’une séance de questions / réponses lors de la conférence de presse. Étant donné qu’il y a plus de 15 000 cas confirmés, l’estimation de l’Agence signifierait que le nombre total d’infections probables serait supérieur à l’ensemble de la population de la Suède.

Le rapport de l’université est également retiré

Un autre rapport suédois sur la propagation du coronavirus dans la capitale a également été retiré par ses auteurs. Les résultats préliminaires des chercheurs du Karolinska University Hospital et du Karolinska Institute ont estimé qu’au moins 11 donneurs de sang sur 100 à Stockholm avaient déjà développé des anticorps contre le coronavirus.

Auparavant, le Dr Jan Albert de l’hôpital universitaire de Karolinska a déclaré à SVT que vous ne pouviez pas tirer de conclusions des résultats préliminaires : “Il est trop petit pour un rapport de recherche, mais trop important pour nous de nous asseoir et de conserver les informations.”

La polémique autour du rapport ne fera qu’appuyer le poids des arguments des scientifiques selon lesquels la Suède prend des risques avec sa stratégie relative aux covid-19 relativement décontracté.

Au moment de la rédaction du présent rapport, le nombre total de décès dus à COVID-19 s’élève à 1 765, ce qui est nettement plus élevé en proportion de la population que tous les voisins nordiques de la Suède.