fbpx

Le cerveau humain ressemble étrangement à l’Univers !

Comparer le cerveau humain, qui mesure en moyenne 1.500 cm3 et pèse 1,4 kg, avec l’Univers, estimé à plus de 880.000 milliards de milliards de kilomètres de diamètre, peut sembler quelque peu incongru. Aussi étonnant que cela puisse paraître, des astrophysiciens et neurochirurgiens ont comparé le réseau de cellules neuronales du cerveau humain avec le réseau cosmique des galaxieset ils ont découvert des similitudes troublantes entre les deux structures. « Bien que les interactions physiques dans les deux systèmes soient complètement différentes, leur observation au moyen de techniques microscopiques et télescopiques permet de saisir une morphologie analogue fascinante.

Les similitudes sont d’abord notables au niveau des proportions :

 1 – Le cerveau contient 86 milliards de neurones, reliés par des millions de milliards de synapses.L’Univers observable est formé d’au moins 100 milliards de galaxies, arrangées elles aussi en longs filaments et en nœuds.

2- Dans les deux systèmes, 75 % de la masse a un rôle « passif » : l’eau dans le cas du cerveau, l’énergie noire dans le cas de l’Univers.

3- Les fluctuations de la matière se dispersent au sein du réseau neuronal du cervelet sur une échelle allant de 1 micromètre à 0,1 millimètre suit la même progression de la distribution de la matière dans la toile cosmique à une échelle plus grande qui va de 5 millions à 500 millions d’années-lumière ».

4- Les chercheurs ont aussi quantifié les informations stockables par chaque système. Sachant que chaque synapse peut contenir 4,7 bits de données, on estime que le cerveau humain est capable de stocker 2,5 petabytes de mémoire. Pour l’Univers, il a été calculé qu’il faudrait 4,3 petabytes de mémoire pour stocker toutes les informations des structures cosmiques observables.

Certains prétendent que le cerveau est l’objet le plus complexe de l’univers connu, ce sont des dizaines de milliards de neurones reliés les uns aux autres à travers des centaines de milliards de connexions.

Selon les scientifiques, Il est probable que la connectivité au sein des deux réseaux évolue selon des principes physiques similaires, malgré la différence frappante et évidente entre les puissances physiques régulant les galaxies et les neurones.

Give a Comment