fbpx

Le directeur technique d’Uber démissionne, la société envisagerait de licencier 20% de ses effectifs

Le directeur technique d’Uber, Thuan Pham, démissionnera de son poste alors que la société de covoiturage envisage des licenciements par milliers en raison de mesures de distanciation sociale pour lutter contre la pandémie de coronavirus COVID-19.

Selon un dossier déposé mardi auprès de la SEC, Pham quittera son poste de CTO le 16 mai, un poste qu’il occupe depuis 2013.

Parallèlement à la perte de son CTO, la société de transport en commun envisage également de licencier jusqu’à 20% de ses effectifs, soit environ 5 400 employés, selon The Information.

“Comme vous vous en doutez, la société étudie tous les scénarios possibles pour nous assurer que nous arrivons de l’autre côté de cette crise dans une position plus solide que jamais”, a déclaré un porte-parole d’Uber à Forbes .

Au moment où le président Trump a déclaré une urgence nationale, Uber a partagé que son entreprise avait chuté de 70% dans les grandes villes.

Le 16 avril, la société a retiré ses prévisions pour 2020 concernant les réservations brutes, le revenu net ajusté et le BAIIA ajusté, déclarant “qu’il est impossible de prédire avec précision l’impact cumulatif de la pandémie sur nos résultats financiers futurs”.

Le titre Uber a chuté à 14,82 $ le 18 mars, en baisse de 52% par rapport au début de l’année, mais a depuis repris, clôturant à 30,12 $ mardi.

Uber annoncera ses résultats du premier trimestre le 7 mai. Avant la pandémie, la société espérait atteindre la rentabilité au quatrième trimestre. Dans une situation tout aussi précaire, Lyft partagera ses résultats du premier trimestre un jour plus tôt le 6 mai.

L’année dernière, Uber a licencié près de 1 000 employés en trois phases distinctes, touchant ses équipes d’ingénierie, de marketing et d’Uber Eats. Les travailleurs de gig comme les chauffeurs de covoiturage sont éligibles pour recevoir des allocations de chômage de la loi CARES de 2 billions de dollars promulguée le mois dernier, cependant, une confusion est apparue en Californie , où les chauffeurs sont considérés comme des employés et peuvent ne pas être en mesure de demander des prestations.